Que faut-il savoir sur le tabagisme passif ?

tabagisme

Permettre aux fumeurs de disperser des particules toxiques dans l’air que d’autres individus respirent, faisant d’eux des fumeurs passifs, convient aux pays qui méprisent la vie humaine. Fumer dans des espaces clos est une atteinte à la santé de ceux qui sont autour. Permettre aux fumeurs de disperser des particules toxiques dans l’air que d’autres personnes respirent est caractéristique des pays qui méprisent la vie humaine. Avant que tu ne dises, lecteur, qu’on est moraliste et que on a des préjugés, on s’empresse d’avouer qu’on a été dépendant de la nicotine pendant 19 année malheureuse, au cours desquelles on a fumé dans des environnements où se trouvaient des femmes enceintes, des enfants et des vieilles dames.

L’interdiction de fumer dans un lieu clos

Si le remords pouvaient tuer, cet écrivain ne serait pas là. En ce qui nous concerne, on ne peut que plaider en faveur de l’ignorance dans laquelle nous étions maintenus à l’époque : nous ne connaissions pas les dommages que la cigarette nous faisait subir, et nous n’avions aucune idée des dommages causés aux autres. Il y avait des preuves, c’est vrai, mais les fabricants ont investi des fortunes dans la propagande pour les disqualifier. Ces personnes ont commis (et continuent de commettre) le crime le plus répugnant de l’histoire du capitalisme. Cependant, au cours des 20 dernières années, les preuves scientifiques sont devenues si concluantes qu’il est devenu impossible de nier l’évidence : les fumeurs passifs sont des personnes qui fument. Par conséquent, ils sont sujets aux mêmes maladies qui raccourcissent la vie des accros à la nicotine. Si vous êtes fumeur, évitez de faire profiter les autres de votre cigarette. Une étude écossaise illustrant l’impact de l’interdiction de fumer à l’intérieur des bâtiments vient d’être publiée dans « The New England Journal of Medicine », la revue médicale la plus diffusée.

L’interdiction de fumer dans un lieu public

En 2005, la « loi sur le tabagisme, la santé et les soins sociaux » a été promulguée en Écosse. Elle interdit de fumer dans tous les espaces publics et sur tous les lieux de travail à partir de mars 2006. Dix mois avant l’entrée en vigueur de la loi, des chercheurs de l’université de Glasgow ont commencé à recueillir des données sur le nombre de personnes admises pour une maladie coronarienne aiguë dans neuf hôpitaux, responsables de 63 % des cas dans le pays. Les résultats ont été comparés à ceux obtenus au cours des dix mois suivant le début de l’interdiction. Grâce à des entretiens, les patients ont été répartis en trois groupes : fumeurs, anciens fumeurs et non-fumeurs. Pour confirmer, tous ont été soumis à un examen visant à déterminer la présence de cotinine (un des métabolites de la nicotine) dans la circulation. Au cours des dix mois précédant la loi, 3 235 patients souffrant de troubles coronariens aigus ont été hospitalisés. Dans les dix mois qui ont suivi l’interdiction, ce nombre est tombé à 2 684. Cela représente 551 cas de moins, soit une réduction de 17 %.

Une diminution a été observée dans tous les groupes : 14% chez les fumeurs, 19% chez les anciens fumeurs et 21% chez les non-fumeurs, la diminution la plus accentuée.

Les auteurs ont comparé ces données avec celles obtenues en Angleterre avant la loi introduisant une interdiction similaire 17 mois plus tard (juillet 2007). Au cours de la même période où les Écossais ont connu les 17 et la réduction des hospitalisations pour maladie coronarienne aiguë, en Angleterre, la baisse n’a été que de 4 %. Deux semaines après l’entrée en vigueur de la loi, le nombre de fumeurs secondaires dans les pubs écossais a diminué de 86 %. Les concentrations de cotinine dans la population adulte du pays ont diminué de 42 %, un résultat proche des 47 % obtenus à New York, après l’entrée en vigueur d’une loi similaire. Si l’étude écossaise est la plus complète à ce jour, elle est loin d’être la première à démontrer les avantages de l’interdiction de fumer dans les espaces communs.

Quel impact procure le tabagisme passif ? 

En 2004, parmi les 68 000 habitants de la ville nord-américaine d’Helena, le nombre d’hospitalisations pour infarctus du myocarde a diminué de 40 %. Parmi les 148 000 habitants de Pueblo, dans le Colorado, la baisse a été de 15 %. À Saskatoon, au Canada, la baisse a été de 13 %. À Rome, une ville de 2,7 millions d’habitants, le nombre de cas a diminué de 8 % chez les personnes de plus de 65 ans et de 11 % dans la population en dessous de cet âge. Toutes les études montrent que la législation restreignant le tabagisme dans les espaces publics non seulement réduit le nombre de fumeurs secondaires, mais fait également baisser le taux de cotinine dans le sang des fumeurs eux-mêmes.

Bien que par ignorance, mauvaise foi ou cupidité, certains s’y opposent, il ne fait plus aucun doute que les lois de ce type profitent indistinctement aux enfants et aux adultes, aux jeunes et aux vieux, à ceux qui fument et à ceux qui ne fument pas. Si le Brésil adoptait des lois comme celles des pays d’Amérique du Nord et d’Europe, combien de souffrances éviterions-nous ? Jusqu’à quand ferons-nous partie du groupe des pays arriérés, qui donne au nicotinomane le droit de jeter la fumée de sa cigarette dans les poumons des autres ?

Location de box de stockage : découvrez les avantages
Cours de cuisine avec un chef : la tendance qui cartonne !